À paraître

Histoire d’un plaisir obscur.

Quartiers et salles de cinéma dans le Paris de l’entre-deux-guerres. 

Nicolas Gallon

Gaumont-Palace, Grand Rex, Marignan, Vieux-Colombier… autant de lieux qui ont marqué de leur empreinte l’histoire du cinéma parisien. Pour qui veut bien regarder, ces salles sont les indices (vivants ou disparus) d’un art et d’un divertissement devenus dans l’entre-deux-guerres le loisir par excellence des Parisiens. Né art forain des Boulevards, le cinéma conquiert alors de nouveaux quartiers – intellectuel (le Quartier Latin) ou mondain (Les Champs-Elysées)-  et consolide au même moment son ancrage dans les zones populaires (Belleville) ou les territoires canailles de la capitale (Pigalle).

Non une encyclopédie érudite des salles de cinéma, ni une balade nostalgique dans les quartiers de Paris, cette enquête propose de parcourir à pied et en images cinq territoires emblématiques de la capitale, à la découverte de ses écrans de cinéma les plus marquants.

Cette histoire des salles par ceux qui les dirigeaient, et par les publics qui s’y rendaient, est la redécouverte d’un Paris oublié, quand des foules diverses se pressaient devant les grands écrans parisiens.

Les itinéraires de directeurs de salle ou de producteurs mais aussi les témoignages de spectateurs (anonymes comme célébrités) permettent de composer la trame d’une conquête: celle du divertissement  parisien par la salle de cinéma  Se noue ainsi un récit d’histoire insolite : celui des écrans du Paris d’avant-guerre et leurs premières façades de néon, récit encore des avant-premières des beaux quartiers ou des « batailles d’Hernani » cinéphiles, récit enfin des séances de quartier où  s’apostrophe et se retrouve un public fidèle et amoureux des vedettes d’autrefois.

Ce livre enfin est un hommage aux mille et un spectateurs amoureux de ces « salles des temps héroïques, où montaient comme des fumées, les vertigineuses images grises, où tout était oublié des bruits de la terre » (R. Brasillach).

Né en 1975. Agrégé d’histoire, diplômé de Sciences Po Paris. Enseigne l’histoire et l’histoire des arts en lycée. Cinéphile et « cinéphage », l’auteur s’intéresse à l’histoire économique et à l’histoire culturelle.